Rammstein son batteur jouait avec des espions en ex-RDA!

Infometal industriel  de Christoph "Doom" Schneider & Rammstein, espion de la RDA à la radio

 L’histoire musicale du batteur Christoph "Doom" Schneider est antérieure à celle de son groupe actuel de metal industriel allemand Rammstein. Avant la chute du mur de Berlin, il faisait partie de la scène underground en Allemagne de l’Est et a même fait partie, à la fin des années 80, d'une bande où évoluaient deux musiciens espions du gouvernement local.
 Se remémorant les grands événements de sa vie qui l’ont conduit sur le chemin de la musique, Christoph Schneider a raconté à Metal Hammer ce que c’était que de faire de la musique en ex-RDA: "À l’Est, nous avions des groupes professionnels qui avaient tous étudié la musique et avaient l’autorisation officielle de la jouer. Ils étaient autorisés à travailler en tant que professionnels et avaient le droit de faire payer leurs spectacles. Si vous étiez un amateur, vous deviez être classé à un des trois niveaux et j’en ai atteint le premier! J’avais un certificat qui m’autorisait à facturer quatre deutschemarks de l’heure lorsque je jouais un concert. Sans ce certificat, il était illégal de faire des concerts et vous n’étiez pas autorisé à entrer en contact avec des promoteurs. Ce n’était pas un système privilégié pour les musiciens en herbe mais il n’y avait pas d’alternative! Les gens ont accepté cela parce qu’ils devaient le faire. Pour obtenir votre certificat, vous deviez jouer devant une commission, comme un jury, qui décidait si vous aviez les bonnes chansons; vous n’étiez autorisé à jouer que 40 % de reprises dans votre set, le reste devait être votre propre musique! En fait, ce n’était pas une si mauvaise idée parce que les groupes devaient trouver leurs propres trucs et donc il y avait beaucoup de formations intéressantes à l’époque".
 
 Schneider a révélé des infos sur son premier véritable gang, Die Firma, qui subvertissait les lois avec ses paroles, en déclarant: "Die Firma était comme un groupe de punk new wave, le style était un peu sombre, avec des influences gothiques. Nous avions des paroles qui protestaient contre le système! Ce n’était pas permis bien sûr et nous étions un groupe underground. Tous les autres membres de Rammstein étaient aussi dans des groupes underground. On jouait dans de petits clubs avec toutes sortes de fans; des monstres, des goths, des punks et le gouvernement avait ses gens partout, genre des espions des services secrets. Ce qui était drôle, c’est que je ne pouvais pas imaginer un groupe plus dur que le mien à l’époque et nous avions deux personnes dans le groupe qui étaient en fait eux mêmes des espions! Le chanteur et le claviériste! Ha ha! Incroyable, ce n’étaient pas des professionnels, c’étaient des espions engagés qui recevaient un petit paiement et devaient de temps en temps faire des reportages sur la scène musicale!".