Machine Head son leader Robb Flynn n'accepte pas les mauvaises critiques!

Robert Flynn RADIO METAL MAROC NEWS

 Robert Flynn, chanteur, guitariste et membre fondateur du groupe de groove metal Machine Head, n’a pas du tout apprécié la critique modérément cinglante de Jeff Treppel, chroniqueur chez Decibel Magazine, concernant son prochain album à paraître, "Catharsis".
Le vocaliste a publié via la page Facebook officielle du gang états-unien, en réponse à la chronique lisible ci-dessous: "DECIBEL MAGAZINE DÉMOLIT 'Catharsis'! Le nouvel album des anciennes stars des Unes de Decibel est qualifié de ‘juvénile’, ‘stupide’, ‘tabassage sans fin’ et un ‘coup manqué à la Super Collider’. Oh, et hey… VA TE FAIRE FOUTRE Jeff Treppel!!".
 
CHRONIQUE: MACHINE HEAD – "CATHARSIS", TOUT CE QUI EST VIEUX EST DE NOUVEAU NÜ
 Arrachons ce pansement: Le nouveau Machine Head est un album de rap metal de 74 minutes, avec une chanson au milieu qui sonne comme Dropkick Murphys! Peut-être que les années 90 manquent à Robb Flynn, bien que, soyons honnête, à qui ça ne manque pas aujourd’hui? Peut-être qu’après une décennie de groove metal progressif ridiculement génial, Flynn a décidé de se défouler en revenant à la simplicité basse du front de 'The Bleeding Red'?
 Ce qui est frustrant avec 'Catharsis' est que Machine Head est génial même lorsqu’ils font de la mauvaise musique. Les breaks tribaux à la Soulfly de 'Volatile', le sous-accordage de ‘Beyond The Pale’, le hip hop de garçons blancs de ‘Triple Beam’, rien ne fait plus ‘de la rue’ que des métaphores sur la gymnastique, le pavé anti-embourgeoisement de ‘California Bleeding’. Ils sont aussi efficaces que les meilleurs hits de Rage Against The Machine et Korn à l’époque. Rien ne paraît foireux, ce sont clairement des chansons bien foutues.
 C’est juste que tout est tellement stupide. Aussi satisfaisante l’approche néo metal puisse-t-elle être par intermittence, Flynn et ses collègues ont prouvé qu’ils étaient plus que capables d’exprimer leur rage avec justesse. Ceci confère un sentiment juvénile de la part de gars qui vont sur leur cinquantaine. Il est certain qu’il y a des parties intéressantes dans le tas, malheureusement, avec 15 chansons, n’importe quelle nuance se perd dans un matraquage sans fin. Franchement, je suis perplexe. C’est un coup manqué à la Super Collider de la part d’un groupe qui semblait avoir laissé tomber cette phase il y a longtemps".

Écrire commentaire

Commentaires : 0