Inquisition meilleur album black metal de 2016?

Bloodshed Across The Empyrean Altar Beyond The Celestial Zenith

 Le groupe de black metal américano-colombien Inquisition vient de sortir "Bloodshed Across The Empyrean Altar Beyond The Celestial Zenith",, le meilleur album dans ce genre cette année, passant de l’underground à une reconnaissance non négligeable du milieu de cette musique extrême!
 Bien sûr leur notoriété s’est faite tout doucement, au travers de leurs concerts qui prennent une autre dimension par la présence de seulement deux mecs sur scène mais aussi par des disques de mieux en mieux produits. Une signature chez les marseillais de Season of Mist permet au duo de se retrouver sur de nombreux festivals ainsi que sur des premières parties en ouverture de groupes légendaires avant de sortir cette dernière galette explosive!
 Pour commencer, ce nouvel album, "Intro: The Force Before Darkness" est inquiétante. Une voix lente démarre et on a l’impression qu’elle est traitée au ralenti, ponctuée de trois coups de batterie de temps en temps. Mais quand ça commence, ça déboule à vive allure! la voix de Dagon toujours proche de celle d’Abbath du groupe Immortal, déroule sa litanie pendant que ses riffs malmènent la cavalcade sur "From Chaos They Came". Le batteur Incubus n’en fait jamais trop, est toujours audible et reste au diapason, ses rythmiques structurent et consolident le morceau, diablement efficace!
 Sur le disque on en a aussi pour notre dose de titres plus épais, et encore plus lourds. Ici on parle de mythologie sumérienne avec des riffs tournant dans les oreilles, des ritournelles hypnotisantes avec "Wings Of Anu" où la voix glaireuse charrie du gravier gluant. Sans oublier "A Black Aeon Shall Cleanse" au rythme lent au début suivi de nombreux changement de riffs. On subit aussi la frappe spartiate sans concession sur "Through The Divine Spirit Of Satan A Glorious Universe Is Known", qui se transforme et s’accélère avec toujours cette manière de faire résonner des jolies mélodies sous des riffs bucherons, dotés d’un passage acoustique très agréable sur la fin.
 Même à deux seulement, les musiciens arrivent à varier les ambiances et les tempos. Seule la voix reste un peu trop souvent sur le même registre lors de "Vortex From The Celestial Flying Throne Of Storms". Il en est de même sur "Mystical Blood" où le guitariste laisse trainer les notes.
 A n’en pas douter "The Flames Of Infinite Blackness Before Creation" est un morceau prenant, peut-être le meilleur, doté d’une entame grandiloquente où les mots sont à peine audibles, avec un phrasé très lent.
 Quand au titre éponyme, il est très ou trop proche d’Immortal, il en sera de même sur le break vocal qui reste dans le ton des norvégiens sur "A Magnificent Crypt Of Stars", bien que l’on reçoive en pleine tronche un mur de son dès l’entame majestueuse du morceau! L’Américano-colombien est une usine à riffs à lui tout seul, jouant sur les dissonances toujours à propos.
 "Bloodshed Across The Empyrean Altar Beyond The Celestial Zenith" est un titre instrumental avec seulement un gros son de voix déformée en fond sonore mais avec "Power From The Center Of The Cosmic Black Spiral", on se délecte des riffs en échos qui se répondent et des grognement de Dagon martelés par des coups de boutoir d’Incubus!
 Telles les pauvres brebis égarées que l’on entend sur "Outro: The Invocation Of The Absolute, The All, The Satan", on ne sort pas indemne d’une oeuvre complète et travaillée jusqu’au dernières secondes.

Écrire commentaire

Commentaires : 0