Le disque physique ne s'est pas bien vendu en 2015!

CD animé

 Voici une mauvaise nouvelle d'un autre secteur industriel de plus en plus touché par l'avènement du numérique. D'après nos confrères de la radio pop rock française RTL2, l’industrie musicale n’est toujours pas en grande forme! Ses ventes physiques, c'est à dire CD, vinyles et DVD ont chuté de près de 16% en 2015! C’est ce qu’a annoncé le Snep, principal syndicat des producteurs français. D'après ce dernier, le disque n’a plus la cote car le chiffre d’affaires global de la musique a encore baissé en 2015 de -4.7% et la cause principale n’est donc que la chute des ventes de la musique sur les supports matériels classiques.

Vinyle animé

 Pour s'en sortir, le milieu de la musique s’accroche maintenant au streaming qui a généré l’an dernier, plus de 100 millions d’euros de revenus. Mais il ne faut pas oublier que selon une infographie d’ADAMI, la société civile pour l'Administration des Droits des Artistes et Musiciens Interprètes: Pour qu’un artiste gagne 100€, il faut soit qu’il passe 14 fois à la radio, soit qu’il vende 100 disques ou encore qu’il soit écouté 250.000 fois en streaming payant! Ce qui n'est définitivement pas le même ratio et met la production des disques physiques en grande difficulté!

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Mikael Vennier (mardi, 15 mars 2016 08:47)

    c'est normal la baisse car maintenant t'achètes un disque cher à 20 euros et t'as dedans que trois bons morceaux sur 15, autant télécharger directement ou écouter en streaming que le meilleur single !

  • #2

    Adamsong (mardi, 15 mars 2016 13:41)

    avant le disque c'était quelque chose mais là, le pressage de CD et vinyl c'est à la portée de tout le monde et de n'importe qui ce qui a banalisé l'objet

  • #3

    Speedy (mardi, 15 mars 2016)

    Le numérique apporte bien des changements dans les façons de faire dans bien des domaines; la vente de journaux et livres sur support papier est en chute libre, on écoute la musique en diffusion numérique et on ne télécharge que les tubes qu'on aime au lieu d'acheter un album pour un seul morceau. L'industrie et, par le fait même, la force ouvrière doit ultimement se reconvertir pour survivre face à ces nouvelles réalités. La démocratisation de l'accès à l'information et les nouveaux modes de diffusion ont bien des avantages - pression réduite sur les ressources naturelles, plus grande pénétration du marché, accès aux produits à plus faible coût, pour ne nommer que ceux là. Le désavantages sont évidents aussi, besoin de moins de bûcherons, les papetières tournent au ralenti, baisses de ventes chez les distributeurs de musique et de films... Il faut accepter ces changements et chercher les opportunités de se convertir pour en profiter et participer à la révolution technologique, comme nos pères ont fait lors de la révolution industrielle...