Killswitch Engage l'ex-chanteur explique sa tentative de suicide!

Howard Jones METALCORE RADIO MAROC

 Le chanteur du groupe Devil You Know, ex-chanteur du groupe Killswitch Engage, Howard Jones explique ses problèmes dépressifs dans une récente interview en révélant notamment qu’il a failli se donner la mort trois ans avant son renvoi du combo de metalcore états-unien! Il évoque dans cet entretien accordé au webzine anglophone Blabbermouth, les troubles de l’anxiété et l’état dépressif constant qu’il combat depuis l’adolescence:
 "J’en étais arrivé au point où je me disais ‘Je ne sais pas combien je peux encore endurer'" a déclaré Howard lors d’une apparition dans le dernier épisode du Jasta Show, l’émission officielle de Jamey Jasta, leader du groupe Hatebreed. "Ça me dépassait! En fait je souffre d’angoisse et de dépression depuis l’adolescence, alors chanter et faire ce que je fais n’a pas aidé. Alors oui, j’ai eu la chance d’être connu et de réussir dans ce que je faisais, je veux dire, je serai toujours reconnaissant. C’est une bénédiction, mais c’est aussi un très lourd fardeau pour moi".
 "Dans mon adolescence, je marchais dans la rue et quand je croisais des gens, je traversais la route juste pour les éviter! Je faisais ça étant ado. Alors, je vous laisse imaginer ce qu’il s’est passé quand j’ai entendu des gens hurler mon nom et tout. Je ne pouvais pas aller faire mes courses, je ne pouvais pas aller au centre commercial. Les gens me dévisageaient quand ils me croisaient au cinéma. Et la plupart du temps, ils me faisaient comprendre qu’ils savaient qui j’étais" explique le musicien.
 "Avec le succès du groupe, c’était genre ‘Ouah, c’est devenu quelque chose' et ensuite, c’est devenu un truc underground, avec une petite communauté, c’était quelque chose que nous partagions et puis, c’est devenu ‘Bon sang, je ne peux pas supporter ça' donc, quand tu es là, tout seul, tu perds les pédales! Enfin, c’était mon cas. Il y a des personnes qui gèrent ça très bien, mieux que moi en tout cas. Mais moi, je n’arrivais pas bien à faire face".
 Jones se souvient d’un épisode en particulier en 2009, alors qu’il était encore frontman de Killswitch Engage: "Je me souviens… Je vivais encore dans mon très vieil appartement dans le Connecticut et c’est juste que… Je ne sais même pas si j’ai jamais vraiment parlé de ça! Donc ouais, quelqu’un qui savait ce que je faisais a appelé la police parce que je me suis presque fait exploser la tête! J’ai sorti mon 44 Magnum. Je l’ai chargé. C’était fini! S’ils n’avaient pas frappé à la porte, j’étais parti! Les flics sont venus, ont enfoncé la porte et m’ont enlevé l’arme des mains! Bon, inutile de préciser que j’ai fini par passer un peu de temps dans une de ces institutions psychiatriques bien connues. Je n’ai jamais parlé de ça publiquement".
 L'artiste raconte également les circonstances qui ont conduit à son départ de Killswitch Engage alors que le groupe se préparait à travailler sur le disque qui en 2013, est devenu "Disarm The Descent": "En gros, on s’entendait bien, on commençait à avoir des idées pour l’album suivant. On se voyait chez le guitariste Adam Dutkiewicz et tout le monde était genre ‘Ouais, j’ai écrit ceci, j’ai trouvé cela’. Après on commençait à bosser dessus, comme pour toutes les autres chansons et tout. J’étais genre ‘On se voit la semaine prochaine ou celle d’après. On se voit à la même heure tous les jours’. C’était ‘Cool, à demain tout le monde’ mais je ne suis jamais revenu. En fait, j’étais sur la route et j’ai fait demi-tour. Je n’ai pas appelé! Je n’y suis pas retourné. Rien. Et je leur ai parlé peut-être deux semaines plus tard, quelque chose comme ça. Et ils m’ont dit ‘Ouais, bon. On pense qu’on va devoir continuer sans toi’ et je leur ai dit ‘Non, je continue. Je suis juste… J’ai du mal avec tout ça' et ils m’ont dit ‘Tu détestes ça, mec’ et j’ai dit ‘C’est pas que je déteste ça!’ et ils ont dit ‘Si, tu détestes carrément ça’ et j’ai répondu ‘Ouais, c’est vrai. Pour l’instant, je ne peux pas supporter ça. C’est la pire chose au monde’ C’est genre ‘Je me réveille le matin et… C’est comme si je détestais une chose que j’avais toujours adorée!'. Je leur ai dit ‘Vous avez raison. Je ne peux pas continuer’ et c’était fini!".
 La tentative de suicide de Jones et son combat contre la dépression ont été une source d’inspiration pour la chanson "?As Bright As The Darkness?" de Devil You know, pour laquelle le groupe a fait une vidéo en mars dernier. Howard raconte: "En gros, j’étais là, pendant deux ans, tout seul dans mon coin mais tu vois, je n’y étais pas… C’était l’époque où j’éteignais mon portable, j’arrêtais de parler à tout le monde. J’ai coupé les ponts avec tous mes amis, je ne parlais à personne. Vraiment personne!".
 Selon Jones, les thérapies et les techniques de développement personnel l’ont conduit à voir le monde sous un meilleur jour, ce qui lui a permis d’apprécier de faire des tournées avec son nouveau groupe: "Tu vois mec, c’était comme qui dirait rafraîchissant" déclare Howard à propos de la tournée de 2014 de Devil You Know. "Même aujourd’hui, on commence à parler de ce qu’on va faire, les prochaines tournées, et je me dis ‘Ouah, j’arrive pas à croire que je sois impatient de faire ça!’ Ouais bon, je vais sûrement râler un peu à cause de tout ça quand on sera sur la route, parce que c’est dans ma nature".
 Jones a reconnu que pendant les années suivant son départ de Killswitch Engage, il y avait des choses liées à la vie en tournée qui lui manquaient sérieusement. Il explique: "Il y a des moments où… Ça te lie aux gars avec qui tu joues. C’est incroyable. Je veux dire, ce ne sont que de petits détails, tu vois, mais les choses les plus drôles arrivent toujours quand tu es en tournée, confiné avec un groupe de mecs avec qui tu es devenu pote, et ça se transforme en souvenirs inoubliables. Ouais, c’est vraiment cool. Pour moi, c’est comme… Retourner en enfance".

Écrire commentaire

Commentaires : 0