Londres se met au tourisme rock!

London Music Map

 Le London Pass est une carte vous permettant de visiter plus de 60 attractions touristiques de la capitale anglaise. Disponible pour une durée de 1, 2, 3, 6 ou 10 jours, vous pouvez choisir un London Pass correspondant au voyage que vous allez effectuer dans cette ville historique passionnante! La musique londonienne est passée de Chas & Dave aux Sex Pistols puis à Congo Natty pour revenir ensuite à ses origines. De nombreux artistes, tels les Who, sont venus jouer dans la capitale, et Jimi Hendrix y a donné son dernier concert. Les experts culturels de London PASS se sont donné pour mission de découvrir les meilleurs sites musicaux de la ville, d‘hier et d’aujourd’hui. Le London Sound est le reflet de l’histoire et de la diversité de cette musique, comme de la créativité qui en découle, car Londres est aussi l’une des villes les plus dynamiques au monde.
 C’est à Londres que l’on trouve les salles de concert les plus mythiques au monde, même si certaines ont disparu au profit du progrès et du développement. Lorsque le Marquee Club a fermé, c’est un peu des Who, de Jimi Hendrix ou de Pink Floyd qui s’est envolé. Le fameux Hammersmith Palais n’est plus ce qu’il était, mais est gravé dans les mémoires comme étant le titre d’une chanson des Clash. Et la ville continue malgré tout de se développer sur le plan musical grâce à une communauté de passionnés, unis par un esprit commun, que l’on retrouve dans les concerts, que ce soit dans des pubs, lors d’événements éphémères ou dans de grandes salles pouvant accueillir plus de 80 000 personnes.
 À Londres, vous trouverez toujours un lieu à votre goût si vous êtes amateur de musique, que vous soyez fan de Heavy-métal, de rock alternatif, de Mod, de Punk, d’Indé ou d’autres styles musicaux. Voici d’ailleurs un aperçu de l’histoire de la musique londonienne à travers ses lieux mythiques:

Royal Albert Hall à Londres

•Abbey Road: La plupart des albums des Beatles ont été enregistrés dans les Studios EMI Studios à St John’s Wood, dans le Nord de Londres. Ils ont donné à leur dernier album le nom de la rue où se trouvaient les studios : Abbey Road. La photo que l’on voit sur la pochette de l’album a été prise sur le passage piéton situé juste à côté des studios. Depuis la sortie de l’album, des millions de personnes sont venues à St John’s Wood pour y refaire la fameuse photo, compromettant à l’occasion leur sécurité et perturbant la circulation. Les Studios d’Abbey Road ont estimé le nombre de visiteurs à 300 000 par an en moyenne, ce qui fait de ce site l’un des 20 lieux les plus visités de Londres.
•Le Dominion Theatre, dans Tottenham Court Road: Il a été construit sur l’ancienne Horse Shoe Brewery, où a eu lieu la fameuse « Inondation de bière de Londres » de 1814. Il a ouvert ses portes en 1929 et s’est rendu célèbre en accueillant des spectacles musicaux. Ce n’est qu’après le 6 février 1957 qu’il s’est réellement transformé en une vraie salle de Rock & Roll, après que Bill Haley and the Comets y eurent entamé une tournée en Angleterre, entrainant avec eux des milliers de fans britanniques criant tous les uns plus fort que les autres !
•Le Roundhouse, dans Chalk Farm Road: Ce monument de Catégorie II (d’après la nomenclature britannique) est devenu l’une des plus célèbres salles de concert de Londres. Cet ancien hangar ferroviaire a accueilli les Doors lors de leurs rares concerts anglais, en 1968 puis au début des années 70, tandis que le fameux DJ Jeff Dexter animait la salle le dimanche soir. C’est du reste grâce à lui que des artistes tels que David Bowie, Black Sabbath, Elton John et les Rolling Stones se sont fait connaitre. Le Roundhouse a mis fin à ses concerts qui auront marqué la décennie 1970 lorsque le Punk a débarqué, vers 1976,  avec les Ramones, Patti Smith and The Stranglers, Blondie, Elvis Costello, The Police et tant d‘autres. Après avoir été abandonné pendant de nombreuses années, il a finalement pu renaître de ses cendres et redevenir l’une des salles de concert les plus prisées de la capitale.
•Le Electric Ballroom, dans Camden High Street: Le lieu est devenu célèbre, entre autres, grâce au Sid Sod Off, le dernier concert anglais de Sid Vicious ; Sid et sa petite amie voulaient s’installer à New York et c’est grâce à ce dernier concert qu’ils ont eu les moyens de le faire. En 1979, Joy Division y a donné deux concerts, à peu près au même moment que U2 et Adam and the Ants. En 2007, c’est Paul McCartney, l’ancien Beatles, qui y a donné un concert privé et improvisé.
•Le Dublin Castle, au 94 Parkway Camden: Amy Winehouse, ancienne habitante de Camden, venait régulièrement dans ce pub, véritable institution en matière de musique Indé. C’est d’ailleurs dans ce lieu que le groupe Madness a fait ses débuts.
•Le 100 Club, au 100 Oxford Street: Cet endroit n’a fait que subir des transformations au fil du temps, mais depuis 1941, sa vocation est essentiellement musicale. À l’origine, on y jouait du jazz et on peut encore y entendre des musiciens de jazz de temps en temps, mais depuis 1961, ce sont surtout les sonorités du Rock qui s’en échappent. Son nom vient d’ailleurs des nuits de rock endiablées durant lesquelles les Kinks et les Animals venaient y jouer. Le punk y a fait son apparition dans les années 70, avec les Sex Pistols et les Siouxie. Dans les années 80, les Rolling Stones venaient y faire des pauses pour de petits concerts privés entre deux grands concerts dans les stades londoniens. Le club s’est retrouvé en grande difficulté en 2010, après une augmentation conséquente du loyer, mais il a été sauvé grâce à une collecte de fonds qui lui a permis de rester en activité jusqu’à aujourd’hui encore.
•L'Eventim Apollo, dans Queen Caroline Street: C’est dans ce monument de Catégorie II (d’après la nomenclature britannique) et situé à Hammersmith qu’a eu lieu l’âge d’or du rock and roll londonien. Au début, il s’appelait le Hammersmith Apollo avant de devenir le Hammersmith Odeon, en 1962. On l’appelle aujourd’hui l’Eventim Apollo car il porte le nom de son sponsor. C’est ici que les Beatles ont donné leur 2e spectacle de Noël en 1964, un concert qui a duré 3 semaines et durant lequel ils ont vendu plus de 100 000 billets. C’était un concert avant tout, mais il y avait aussi des sketchs et des invités spéciaux, ce qui en a fait un spectacle de Noël complètement original sur la scène londonienne de l’époque. De son petit nom "Hammy-O", cette salle était réservée aux concerts live. C’est d’ailleurs là que Dire Straits y a enregistré Alchemy, son album live, et Motorhead son titre No Sleep to Hammersmith, un titre qui convenait parfaitement au lieu.
•Le Royal Albert Hall, dans Kensington Gore: Ce lieu historique date des années 1800 et a été baptisé en l’honneur de l’époux de la reine Victoria, le prince Albert. À partir des années 1960, il a été utilisé de façon régulière pour des concerts de pop et de rock. C’est là que Cream a donné son dernier concert ou encore que Bob Dylan a choqué ses fans les plus puristes en jouant de la guitare électrique – sacrilège! Les Beatles, les Rolling Stones et les Beach Boys : autant de groupes légendaires qui ont marqué de leur empreinte la scène de cette salle de spectacle qui est également la plus grande de Londres.
•Le Ronnie Scott’s, dans Frith Street: Situé dans le quartier de Soho, a d’abord été un club de jazz avant d’être l’un des lieux prisés du Rock. Les Who y ont d’ailleurs assourdi un groupe de journalistes alors qu’ils faisaient la promo de leur album Tommy en 1969. C’est aussi le lieu qui a accueilli Jimi Hendrix pour la dernière fois, en septembre 1970.
•Le Up on a Roof, au 3 Savile Row: La rue Savile Row est peut-être connue pour ses résidences de style géorgien et ses tailleurs sur mesure haut de gamme, mais aussi pour la rue du quartier Mayfair, laquelle a accueilli la société Apple Corps Ltd des Beatles. C’est sur les toits de cette bâtisse que les Beatles ont donné leur dernier concert public le 30 janvier 1969, l’un des événements les plus marquants de la culture populaire de tous les temps. Les Beatles étaient montés sur le toit et avaient prévu de chanter 5 morceaux. Les voisins, assez mécontents, ont prévenu la police. Or, lorsque celle-ci est arrivée sur place, les agents sont restés pour suivre l’événement, avant de l’interrompre au bout de 42 minutes. Cependant, restent les images, qui ont immortalisé l’événement. Le bâtiment héberge aujourd’hui une branche de la société Abercrombie Kids.

Écrire commentaire

Commentaires : 0