Black Metal arabe compilation "Al-Mawtin Al-Aswad- Arabian Inheritance"

 En Occident, le black metal est plutôt bien ancré et on ne compte plus le nombre de groupes existants depuis plusieurs dizaines d’années. En Orient, par contre, c’est bien autre chose. L’Extrême Orient possède une scène assez diversifiée avec des groupes qui n’ont plus rien à prouver (Rudra,Impiety ou Chthonic, pour ne citer qu’eux). Mais le Moyen-Orient a encore quelques lacunes et il est difficile pour ceux qui ne connaissent pas ce coin de citer un groupe de black arabe. La faute au manque de distribution, d’exportation, mais aussi au tout petit nombre de formations, tiraillées par les conflits politico-religieux de leurs pays. Si le metal est très mal vu, le black metal l’est encore plus et certaines lois anti-metal circulent, incitant les musiciens à ne pas s’aventurer dans ce terrain miné. Les plus passionnés transgressent ces lois et composent dans l’ombre. C’est le cas de la majeure partie des groupes présents sur cette première compilation de black arabe. Si certains pays restent assez « tolérants ccomme la Turquie, l’Egypte ou même la Tunisie, d’autres comme le Barhein, la Syrie ou l’Arabie Saoudite n’ont pas cette chance.
 Avec cette compilation, «Al-Mawtin Al-Aswad (Arabian Inheritance)», nous pouvons nous familiariser avec une scène très underground. Dix sept titres de black nous sont proposés pour dix sept voyages dans des univers différents. Un voyage aussi à travers les pays puisque nous allons au Maghreb, au Proche Orient et au Moyen-Orient, jusqu’à la Péninsule arabique. Tout commence avec le Syrien d’Eulen et son titre « Desolate House », alternant passages black épique et passages black ambient. On retrouve tantôt le rythme speed et les riffs mélodiques et entraînants de l’un, et le côté ambient, désolé et pesant de l’autre avec ses guitares trémolo. Un titre différent d’un « The Rising » d’Immortal Seth, par exemple, complètement cradingue avec cette mauvaise production et sa voix criarde mais emmenée par des mélodies orientales à la guitare.
 Le point commun le plus flagrant entre tous les groupes est non seulement le black metal mais aussi cette empreinte orientale qui nous suit de bout en bout. Chaque formation arrive à nous offrir des ambiances et des mélodies arabisantes sans non plus en faire de trop. C’est ce qui fait leur identité mais c’est à la fois contradictoire avec leur envie de ressembler, musicalement parlant, à l’Occident. Mais on ne leur en voudra pas, l’intégration d’éléments chers à leur pays ne pouvant que satisfaire les Occidents en quête d’exotisme. En cela, on retrouve avec plaisir le black folk des Egyptiens d’Odious, un des premiers groupes du style, une sorte d’Orphaned Land de la période « Sahara » / « El Norra Alila » version raw black, ou le black symphonique oriental d’Al-Lat, comprenant des membres venus de Jordanie comme Azmo (qu’on peut aussi retrouver dans le groupe de doom/death Chalice Of Doom).
 Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y en a pour tous les goûts sur cette compilation, entre le black dépressif de Dark Philosophy, le black Thrashisant de Smouldering in Fogotten, le black mélodique des Libanais d’Hatecrowned, le black malsain et à claviers de Qafas sans oublier la grandiloquence du black symphonique de Zatreon ou l’efficacité du black/death symphonique à la Dimmu Borgir des Tunisiens de Raven Legacy. Cela représente bien la diversité de la scène arabe ainsi que la richesse culturelle, chaque pays ayant sa marque de fabrique. Dommage toutefois que certaines « pointures » n’ont pas été intégrées comme Black Omen (Turquie), Narjahanam (Bahrein) et Al-Namrood (Arabie Saoudite). On aurait alors eu la compilation parfaite.
 On découvre avec plaisir des formations de tout horizon, des plus crades au mieux produites, du raw black au black/death en passant par le métissage symphonique ou mélodique. Ceux qui ne connaissent pas du tout le black arabe peuvent découvrir les titres sans hésiter sur Anwarock webradio tandis que ceux qui ont quelques notions peuvent enrichir leur connaissance sur la scène. Une très belle compilation.
Tracklist:
1. EULEN - Desolate House
2. ODIOUS - For the Unknown Is Horrid
3. IMMORTAL SETH - The Rising
4. SMOULDERING IN FORGOTTEN - Ash and Tallow
5. LAGRIMA - Abhore the Antagonists
6. LAXSID - Live to Hate
7. AL-LAT - The Resurrection of Zagut
8. AJRIS - Tamurt N'umazigh
9. DARK PHILOSOPHY - The Culture of Defeat
10. HATECROWNED - Untitled
11. QAFAS - Kafkaesque Retribution
12. DESPAIR - Infinitives for Decay
13. ORDUM - The False Conflict
14. RAVEN LEGACY - Gott Mit Uns
15. ABIDETHEREIN - Begotten
16. FLAGELLATION - With Quinqueremes of Barca's Curse
17. ZATREON - Shemhamphorae

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Meriem (mercredi, 19 juin 2013 17:34)

    Salut Anwar , je viens de lire le lien de la compilation sur les groupes Black Arabes , elle est vraiment très bonne , avec des formations très intéressantes , bravo , beau travail . Par contre , je trouve qu'il manque pas mal de groupes aussi , par exemple SEEDS OF iBLIS / JANAZA d'Iraq , AZAEL , AZAR , BARBAROS , ORCUS , TADDART , TENEBRUM ( tous d'algérie ) ETERNAL MISERY , A COLD DEMISE , ARSCH ANUBIS ( ceux-là sont marocains ) , enfin bref la liste est longue , ça serait vraiment bien de voir une 2ème compilation , pourquoi pas une 3ème . Enfin bref , j'espère ne pas t'avoir déranger , portes toi bien , et à la prochaine , merci bien . C'est un plaisir d'écouter ! ^^

  • #2

    Sayf Houdoui (mercredi, 19 juin 2013 18:36)

    si on avait les meme moyens que les jeunes en europe la scene metal arabe sera meilleure \م/

  • #3

    peaceyas (lundi, 02 juin 2014 12:33)

    Nervecell, a United Arab Emirates based Death Metal band.
    Enjoy :)