En téléchargement halal

Marocains accros au téléchargement illégal, gardez la conscience tranquille ! Je ne dis pas que le téléchargement frauduleux soit quelque chose de bien, mais sachant que l’on n’a même pas la possibilité de régler l’achat d’un T-shirt sur internet avec nos cartes bancaires au fonctionnement limité, dans le cas où l’on procède un compte en banque, le combat contre le piratage est difficilement défendable.

Pour les gens trop honnêtes, c’est en effet un vrai parcours du combattant entre le fait de se procurer un compte en devise, et de trouver une personne avec une adresse dans un pays livrable (à croire qu’il n’y a pas de service postal au Maroc) puis d’attendre l’été le retour de cet aimable émigré, on a le temps de changer 3 fois d’avis. Dans tous les cas, on sait très bien que le plus grand nombre des personnes addicts au téléchargement sur le net appartiennent à l’épaisse tranche d’âge des 12-25 ans. Des jeunes et des adolescents qui n’oseraient pas emprunter la carte de papa ou de maman pour se payer le dernier album d’In Flames, de peur qu’ils s’intéressent de trop près au contenu intime et sulfureux de leur ordinateur. C’est en faisant un petit tour dans les rares magasins de disques implantés au Maroc, qu’on fait rapidement le constat d’une autre triste réalité : Les nouvelles sorties musicales internationales dignes d’intérêt, coutent entre 150 et 300dhs (environ 10 à 25 €), soit plus ou moins 10 % du SMIC marocain ! À la base, les anciens disques en vinyle revenaient plus chers à la fabrication que les actuels compacts disques. « Pourquoi alors ces derniers coutent-ils affreusement plus cher que leurs ancêtres ? » S’alarme le pauvre collectionneur mélomane. On nous haranguera qu’aujourd’hui les artistes perçoivent plus de royalties, comme si le groupe The Vaccines était meilleur que Jethro Tull ! C’est que les majors n’acceptent pas que leurs protégés se contentent de vivre décemment, il faut qu’ils fassent parties des milliardaires de ce monde ! En tout cas, pour un Marocain amoureux de musique, avec ou sans travail, le calcul est rapide à faire et l’équation lui paraît comme une identité remarquable, tellement elle est évidente. Le prix d’un seul petit CD audio original est égal au prix d’achat de 160 gigaoctets en disque dur, soit de quoi égarer pas moins de quarante mille chansons « gratuites » au format MP3 ! D’après le théorème de Faussaire (toute copie équivaut à son originale), le Marocain s’exclame : « Qu’il reste là où il est le vieux guitariste de Pablo Picasso, contentons-nous d’une bonne réplique du tableau ! » et empoche sans faute les deux points de l’exercice de maths tout en s’esquivant rapidement du Virgin Mégastore.

Économiquement et écologiquement parlant, il semble qu'une webradio dont l’écoute est gratuite représente une réelle solution pour limiter la casse. Les médias en libre streaming sur internet sont en effet une véritable bénédiction pour tous les gourmands de culture et de savoir. En ce qui concerne Anwarock, on est fier de servir nos nombreux auditeurs grâce à la multitude des morceaux diffusés 24 heures sur 24. Au moins sur notre station marocaine notre public est sûr d’écouter légalement un contenu musical de qualité, méticuleusement choisi par nos programmateurs assidus et incluant même ses propres propositions s’il le souhaite. C’est parce que nous piochons dans le rockabilly des années cinquante autant que dans les classiques du genre, et que nous dénichons les derniers cris de la Pop-rock et les hurlements du Metal, que vous pouvez vous délecter du meilleur de la musique « Halal » en variant votre écoute et en élargissant vos connaissances ! Au contraire pour ceux qui s’entêtent à télécharger des discographies entières de n’importe quel artiste tout en sachant très bien que jamais ils n’auront le courage de faire le tri, montrent des signes de possessivité maladive. Nous même au studio, on ne peut guère prétendre qu’on est en possession de tous les titres rock. Quel sens y a-t-il à vouloir tout avoir, là, copié sur son ordi ou son mobile ? Nombreux sont ceux qui ne savent même plus ce qu’ils écoutent, et zap dans une schizophrénie totale du Chaabi au Hip-hop. Les morceaux s’entassent et finissent par saturer leur espace virtuel. Mais à qui la faute ? Pourquoi nous vend-on des espaces de stockage toujours plus grands ? N’est-ce pas pour y cacher le butin de nos razzias des downloads ? Mais malheureusement comme pour les livres, plus on en a, moins on lit.

Bien évidemment, le temps qu’il faut pour écouter toutes les chansons rock dépasse largement la durée de notre passage dans cette vie ! Par exemple, rien que pour écouter les albums studio de Bob Dylan, sans compter ses nombreux concerts avec leur lot de chansons inédites, il nous faudrait 29 heures et 43 minutes non-stop, et le monsieur est toujours aussi vivant que productif ! Après, je ne sais pas combien il existe de musiciens solos et de groupe dans tous les genres du rock à travers le monde ; des milliers et des milliers sans doute !

Conscients que jamais on ne pourra tout cerner dans la musique, nous essayons de rester fidèles à notre style rock, tout en renouvelant et en actualisant notre matière musicale. Nous ne risquons pas de tomber en rupture de stock, mais nous ferons toujours primer la qualité sur la quantité.

A.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Ilhame (jeudi, 02 juin 2011 13:31)

    Je pense que tout ce qui est multimédia et internet, ça va finir par tuer les postes de télévisions classiques, les radios transistors et les téléphones fixes comme ce qui est arrivé auparavant pour les machines à écrire...
    La preuve, votre webradio n'a rien à envier à nos vieilles radios fm au Maroc concernant la diffusion et le programme!

  • #2

    Mohammed 666 (jeudi, 02 juin 2011 13:53)

    C'est vrai, c'est plus facil de regarder des vidéos de manga en free streaming que de les télécharger! Parfois ils imposent une petite pub à regarder au début de chaque épisode, parfois ils bloquent leurs sites après un certain temp d'usage mais c'est tout! C'est gratuit et les images des dessins animés sont souvent de bonnes qualité.

  • #3

    Amal Cherradi (lundi, 13 juin 2011 21:48)

    Je suis d'accord, les autorités marocaines savent bien que tout le monde télécharge de la musique, des films, des logiciels... et ça se vend même en plein jour dans nos rues...mais ils ferment les yeux pour deux bonnes raisons: Premièrement, le Maroc n'est même pas un marché potentiel pour les maisons de disques, de dvd et pour les distributeurs étrangers et donc, il n'y a pas de manque à gagnez pour les artistes et les concepteurs internationaux qui se mettent déjà plein les poches grâce au marché occidental. La deusième raison de la prolifération du piratage informatique chez nous, c'est le besoin des opérateurs de télécommunication en arguments pour vendre leurs abonnements à internet! Les Inwi, Maroc-Télécom et Méditel sont au courant que tous les marocains téléchargent illégalement mais ils laissent faire car au passage, ils leur font gagner quelques milliards de dhs. Les seules victimes de ce fléo, c'est les petits artistes marocains qui au lieu de progresser dans leurs arts, ils perdent beaucoup de temps sur Facebook et Twitter en essayant de chercher des fans et une certaine reconnaissance perdue.